Dans les coulisses du label « B Corp »

Le label B Corp, qui atteste des engagements durables pris par les entreprises qui le reçoivent, séduit de plus en plus de PME suisses. A l’heure où les attentes pour plus de responsabilité et de transparence de la part des organisations ne cessent de croître, ce sésame apparaît pour beaucoup comme un moyen d’appuyer leurs valeurs et leurs engagements. Venue des États-Unis, la certification B Corp a déjà été obtenue par 57 entreprises suisses de toutes tailles et actives dans des domaines variés. Quels sont les critères pour obtenir cette fameuse certification ? Quelles sont les forces et les limites du système ? Qu’est-ce que cela signifie réellement pour les entreprises certifiées ? Éléments de réponse à travers le témoignage de Sara Gnoni, fondatrice de The Positive Project, certifiée B Corp depuis près de deux ans.

sara-gnoni-b-corp-leader
Sara Gnoni, fondatrice de The Positive Project

B corp atteste les engagements durables des entreprises

Créé aux États-Unis en 2006 par trois entrepreneurs convaincus de la nécessité de développer une économie plus vertueuse, la certification B Corp récompense les entreprises qui respectent des critères sociaux, environnementaux, de gouvernance et de transparence exigeants. Le label est décerné par l’organisation à but non lucratif B Lab, qui passe en revue rigoureusement la demande de chaque entreprise candidate et vérifie que les objectifs de durabilité sont réellement respectés.

Comment être certifié B Corp?

Pour obtenir le précieux sésame, les entreprises doivent atteindre un score minimum de 80 points sur 200 lors d’une évaluation réalisée avec l’outil B Impact Assessment, également appelé BIA. Disponible gratuitement en ligne, le BIA est un questionnaire exhaustif permettant d’évaluer la performance non financière d’une entreprise dans les domaines de l’environnement, des collaborateurs, de la communauté, des clients et de la gouvernance. Selon Jonathan Normand, CEO et fondateur de B Lab Suisse, 65% des sociétés n’obtiennent pas la note minimale de 80 points lors de la première tentative, ce qui atteste de l’exigence de la certification. 

Image de hellocarbo.com

Le cadre légal B corp est exigeant

Un autre élément témoignant de la crédibilité du label réside dans son caractère légal contraignant. En effet, B Lab exige de la part des sociétés candidates à la certification B Corp qu’elles modifient leurs statuts juridiques pour ajouter une clause stipulant que « dans la poursuite de son but, la société vise un impact sociétal et environnemental positif important dans le cadre de ses activités commerciales et opérationnelles. » Ce cadre légal permet d’assurer que l’entreprise continuera d’appliquer des pratiques durables même en cas d’expansion ou de changement de leadership. 

Une certification d’entreprise très reconnue

Depuis sa création, le label B Corp s’est imposé comme l’une des principales certifications de durabilité à l’international, et compte aujourd’hui plus de 4’600 entreprises certifiées dans plus de 78 pays. Parmi les bons élèves, on retrouve de nombreuses PME peu connues du grand publique, mais également quelques grands noms tels que Patagonia, Fairphone ou encore Ben & Jerry’s. En Suisse, le mouvement se développe rapidement, avec déjà 57 entreprises ayant obtenu la certification, à l’instar de la banque Lombard Odier, les cosmétiques Weleda ou encore la brasserie 7 Peaks.

B corp est un système prometteur pour une économie responsable…

Le mouvement B Corp représente sans aucun doute un premier pas prometteur vers une économie respectueuse de l’environnement et de la société dans son ensemble. Comme mentionné précédemment, le label américain compte parmi les plus exigeants au monde, et son caractère légal contraignant est un réel gage de crédibilité. « C’est une certification très complète, qui couvre de nombreux aspects de la responsabilité sociétale. Elle est reconnue internationalement et l’on peut justement bénéficier de toute cette communauté », explique Sara Gnoni.  

Une certification pour progresser d’une manière continue

Une autre force du système réside dans la dynamique d’amélioration constante qu’il encourage. En effet, les entreprises ayant obtenu le label doivent entamer un processus de re-certification tous les trois ans, ce qui les pousse à progresser dans leurs pratiques de durabilité afin d’atteindre des standards toujours plus élevés. Le questionnaire d’évaluation BIA est également revu régulièrement afin d’être en accord avec les exigences actuelles. Comme le note Jonathan Normand, « la certification n’est donc pas une finalité, mais un point de départ pour une dynamique d’action collective. »

Exemple d’une évaluation BIA

B Corp se veut accessible à tout type d’entreprises

Le label présente également l’avantage d’être accessible non seulement pour des grandes multinationales, mais aussi pour des petites PME. En effet, les tarifs varient entre 500 francs et 50’000 francs par an en fonction des ventes de l’entreprise, ce qui la rend attractive pour des sociétés de toutes tailles. Finalement, l’une des principales forces avancées par les dirigeants d’entreprises certifiées B Corp est le fait de faire partie d’une communauté internationale de professionnels engagés et qui partagent les mêmes valeurs. « Faire partie de cette communauté nous a apporté beaucoup d’inspiration chez The Positive Project, l’envie de faire mieux et de participer à quelque chose de plus grand que nous », note Sara Gnoni. 

Vue d’ensemble des entreprises B Corp dans le monde effectuée par Zenbusiness

... mais qui possède également ses limites

Malgré ces nombreux aspects prometteurs, la certification B Corp telle qu’elle est aujourd’hui présente également des limites. L’une des principales critiques, qui est paradoxalement également l’une des forces du label, réside dans son côté holistique. En effet, la réduction de l’empreinte carbone qui est nécessaire pour limiter le réchauffement climatique, n’est qu’un élément de l’évaluation parmi tant d’autres. Les entreprises candidates sont évaluées sur un large panel de critères comportant non seulement l’impact environnemental, mais également l’impact sur les employés, les clients ou encore la communauté. Bien que cela soit l’une des principales richesses de B Corp, on peut se demander s’il n’existe pas un risque que des entreprises exemplaires sur l’aspect social par exemple puissent obtenir la certification malgré un impact environnemental néfaste. 

B Corp est-il victime de son succès?

Une autre limite est que B Corp semble actuellement être victime de son propre succès. En effet, la forte demande pour les certifications a créé des goulets d’étranglement, et certaines entreprises ont dû atteindre plusieurs mois afin d’obtenir le fameux sésame. Il semblerait également que le questionnaire d’évaluation ne soit pas suffisamment adapté à la situation de chaque société. « Certaines questions, comme par exemple les questions sur les assurances ou le salaire minimum, ne sont pas adaptées à la Suisse mais plutôt à la situation aux États-Unis par exemple, et donc ne pas y répondre équivaut à ne pas avoir de points », explique Sara Gnoni. « Pour une petite entreprise qui a peu d’impact, pas de bureaux, pas de transports et qui ne produit rien, beaucoup de sections sont fermées et donc des points sont aussi perdus. Ces améliorations pourront être prises en compte dans les prochaines versions du BIA grâce au feed-back de la communauté », ajoute-t-elle.  Un processus de revue de l’outil d’évaluation BIA est effectivement en cours afin de réfléchir à ces questions et de trouver comment l’adapter au mieux pour une utilisation à l’international.

Le label B Corp à travers les yeux de Sara Gnoni, fondatrice de The Positive Project

Fondé en 2017 avec la volonté d’accompagner nos clients à se développer afin d’avoir un impact positif et durable sur la société, The Positive Project propose des services de conseil et de formation dans les domaines financiers ainsi que du développement durable. Nos valeurs étant inscrites dans l’ADN de notre société depuis sa fondation, nous avons souhaité obtenir une certification afin de valider nos engagements. Sara Gnoni explique pourquoi notre choix s’est naturellement porté sur le label B Corp : « C’est celle qui me semblait la plus complète et la plus exigeante. En plus, mon entreprise fétiche Patagonia est aussi B Corp, de quoi m’inspirer ! », précise-t-elle en souriant. Pour elle, être certifié B Corp signifie « rejoindre une communauté d’entités vertueuses, échanger, admettre nos limites et pouvoir avancer ensemble pour faire face aux défis immenses de notre civilisation ».

Une source d’inspiration

En tant que start-up, le chemin vers la certification a inspiré de nombreuses actions et nous a permis de mettre en place des pratiques durables dès le départ. « Comme nous avons été B Corp pending depuis notre création, cela nous a permis de mettre les bonnes pratiques depuis le début, de les documenter aussi. Notre objectif était déjà d’être une entreprise à impact positif sur la société. Nous avons pu profiter de nos statuts d’entreprise à mission pour notre certification B Corp », explique Sara Gnoni. Interrogée sur un exemple d’action ou de réflexion qui a été déclenché par le processus de certification, elle cite « par exemple pour le partage de l’actionnariat. C’est une réflexion qui est en cours, il faut encore réfléchir à la forme. Pour l’instant je suis la seule actionnaire de The Positive Project et j’aimerais que cela change dans le futur. »

Une quête d’amélioration continue

Ayant obtenu la certification en 2020, The Positive Project a entamé un chemin vers la recertification, qui aura lieu en 2023. Pour Sara Gnoni, cette démarche d’amélioration constante est très importante, et nous nous préparons activement à la recertification. « Nous aimerions améliorer significativement notre score. Formaliser tout ce que nous avons mis en place ces dernières années, notamment par rapport aux avantages pour les employés et aux dons à destination des organisations qui partagent nos valeurs », explique-t-elle. 

Rejoignez-nous dans l’aventure B Corp

Chez The Positive Project, nous sommes convaincus que les entreprises doivent se réveiller et prendre leurs responsabilités pour contribuer à la transition vers un monde plus durable et socialement juste. C’est pourquoi nous sommes très fiers d’avoir obtenu la certification B Corp, qui malgré ses limitations constitue un premier pas dans la bonne direction et nous pousse à nous améliorer de jour en jour. Et parce que l’union fait la force, notre équipe certifiée B Leader vous accompagne dans votre chemin vers la certification B Corp . Alors rejoignez-nous dans cette communauté engagée, et dessinons ensemble le futur durable que nous souhaitons voir émerger !

Intégrons la durabilité dans votre entreprise



    Articles similaires

    Sorry, no posts were found.